L’Île d’Orléans

Un endroit particulier pour naviguer

L’Île d’Orléans affiche des vallons, de faibles crêtes, des pointes et des anses. Elle offre aux plaisanciers plusieurs endroits magnifiques pour s’y abriter et y jeter l’ancre.

Située au milieu du fleuve Saint-Laurent, en aval de la ville de Québec, l’Île, de forme oblongue, fait 34 km de long et 8 km de large à sa plus grande étendue. Elle compte environ 6 900 habitants, répartis dans 6 villages. Mais la population double durant l’été avec la venue des vacanciers et des travailleurs saisonniers.

Du Club nautique de l’Île Bacchus on peut expérimenter tous les styles de navigation.

Bien qu’il fasse composer avec les marées et les courants, naviguer aux alentours de l’Île d’Orléans permet de découvrir des décors différents :

  • au Nord, la Côte-de-Beaupré avec sa majestueuse Chute-Montmorency et une vue sur le Mont Sainte-Anne;
  • le trafic maritime – les bateaux de croisière, la marine marchande et de plaisance – les terres et les magnifiques couchers de soleil au Sud;
  • Cap Tourmente et des oies au temps de la migration, un rocher, des îles (Île Madame, Grosse Île…) un fleuve qui s’élargit et l’eau salée à sa pointe Est;
  • un fleuve qui bifurque de 45 degrés pour aboutir sur une plage de sable à la Baie-de-Beauport juste à côté de la magnifique ville de Québec à sa pointe Ouest.

C’est l’endroit où se côtoient l’estuaire fluvial et l’estuaire moyen, entre le plateau Laurentien et la chaîne des Appalaches.

Sur terre…

C’est la production agroalimentaire qui règne – productions fruitières et maraîchères. L’Île d’Orléans est depuis longtemps l’inspiration de plusieurs artistes, écrivains ou peintres, et un endroit privilégié par les cyclistes. Elle est également l’hôte de plusieurs galeries d’art. En 1970, elle acquiert son statut d’arrondissement historique grâce surtout à son patrimoine architectural. Bien que son économie fût autrefois basée sur la construction de bateaux et la pêche, les amateurs peuvent trouver quelques endroits pour taquiner le poisson. Les férus d’histoire pourront découvrir au Parc maritime de Saint-Laurent, l’époque aujourd’hui révolue de la construction
navale en bois à l’Île d’Orléans – des goélettes et près de 400 chaloupes par année.

– Pour voir l’Île d’Orléans et les environs en photos >>>